Andy Goodson : Entretien avec un forestier, Chad Wilkinson : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC

  |  
25 août 2022

Lorsque j'ai rencontré Chad, j'ai trouvé amusant qu'il semble toujours avoir un morceau d'herbe à rouler entre ses dents, même lorsqu'il n'y a pas d'herbe à trouver. J'ai appris que cette part de mysticisme était reconnue même par ses collègues de longue date. C'est donc peut-être par un coup de chance que j'ai pu l'interviewer et en apprendre davantage sur son travail de planificateur des récoltes et de forestier d'exploitation.  

Chad est un père de famille, un homme de plein air et un biologiste ayant une expérience variée de la gestion des ressources naturelles. Dans cette interview, il nous parle du parcours professionnel qui l'a mené à la foresterie, de ses perspectives sur la faune et l'engagement des parties prenantes, et de sa rencontre avec une meute de loups.  

Depuis combien de temps travaillez-vous pour Tolko ? Tolko est-il votre premier emploi dans le secteur forestier en particulier ?  

Je travaille pour Tolko depuis sept ans et avant cela, j'ai travaillé pour le gouvernement [de la Saskatchewan], où je dirigeais leur programme de sylviculture. Puis j'ai travaillé pour Weyerhaeuser sur deux postes à durée déterminée pendant deux ans au début des années 2000. Et j'ai travaillé un an pour le Service canadien des forêts, principalement sur des projets forestiers des Premières nations. Beaucoup de projets de plantation d'arbres. Plusieurs des autres emplois que j'ai occupés comportaient des aspects forestiers, mais ce n'était pas des emplois spécifiquement forestiers.

Où avez-vous travaillé avant la sylviculture, juste par curiosité ?

J'ai travaillé à la mine de diamants Star à Fort à la Corne, et j'ai dirigé leur programme environnemental pendant près de dix ans. En gros, je m'occupais de tout ce qui concernait l'environnement sur le site. Les permis, tout le travail lié à l'évaluation de l'impact sur l'environnement, le site de l'usine, les gros appareils de forage, les plateformes de forage, les routes, les sentiers - toute la foresterie qui devait se faire, comme l'abattage des arbres et la remise en état. Avant cela, j'ai travaillé pour Canards Illimités, le Service canadien de la faune, et j'ai fait un tas de travaux différents sur la faune pendant quelques années.  

C'est donc une carrière bien remplie dans le secteur des ressources.  

Oui, une bonne variété. En fait, j'ai aussi travaillé dans le nord à la mine de McClean Lake pendant quelques mois, mais je n'ai pas aimé ça. Et avant cela, j'ai travaillé dans la construction, ce qui m'a aidé à me motiver pour aller à l'école et trouver un emploi que j'aimais vraiment.  

Vous avez fait des études de biologie, n'est-ce pas ?

Je suis d'abord allé dans la gestion des ressources à Prince Albert. Et j'ai toujours voulu travailler dans le domaine de la foresterie. C'était mon objectif dès l'école secondaire. Mes grands-parents, des deux côtés, ont travaillé dans le domaine de la foresterie et j'ai grandi en bordure de la forêt. C'est ce que j'ai toujours voulu faire, car j'aime tellement être dans la forêt. Il m'a fallu un certain temps pour m'y remettre, car c'est au moment où j'ai obtenu mon diplôme en gestion des ressources que le secteur forestier s'est effondré. J'ai continué à aller à l'école et j'ai fait une plus grande variété d'emplois, ce qui, en rétrospective, était plutôt bien.  

Avez-vous constaté que vous deviez changer ou vous adapter pour travailler dans le secteur forestier ?  

Je pense que la plus grande chose avec la foresterie est l'échelle - le nombre de personnes et l'étendue de la zone à laquelle vous êtes associé. D'autres emplois étaient vraiment spécifiques à un projet, ce qui limitait le nombre de personnes auxquelles vous aviez affaire, alors que la foresterie est beaucoup plus vaste. Vous devez traiter avec une grande variété de personnes et beaucoup de perspectives différentes. Pour moi, c'est probablement le plus grand changement. Vous devez vraiment rester concentré sur votre objectif.  

Notre objectif est de garder les milliers de personnes employées dans l'industrie forestière du nord de la Saskatchewan, qui travaillent dans leur cour arrière, alors que certaines d'entre elles n'auraient autrement que des possibilités limitées de travailler près de chez elles. C'est donc l'un des principaux moteurs. Nous essayons de faire un bon travail pour nous assurer que toutes ces personnes puissent continuer à travailler dans le secteur forestier. Parce que je suis convaincu qu'il s'agit d'une industrie durable, et d'une bonne industrie parce qu'elle renouvelle la forêt d'une manière qui profite également à de nombreuses personnes. À long terme, c'est clairement très durable et nous pouvons le constater tous les jours lorsque les arbres poussent.  

Une grande partie de votre travail consiste à vous engager auprès des parties prenantes et beaucoup d'entre elles ont des opinions variées et parfois contradictoires sur la gestion des forêts. Je me demande comment vous avez appris à aborder ces conflits.

Il faut vraiment être confiant et savoir de quoi on parle, pour le dire crûment... Mon approche consiste à m'en tenir aux faits. Il s'agit de discuter des faits concernant ce qui se passe - d'un point de vue forestier - lorsque vous comparez à un incendie de forêt, à un chablis ou à tout autre événement inévitable qui a un impact sur les forêts d'ici. Voici des chiffres précis sur le nombre de personnes employées, sur le nombre de membres des Premières nations et de Métis du Nord qui vivent de la foresterie. Voici aussi les faits concernant le renouvellement et les niveaux de récolte, pour vérifier la réalité plutôt que la rhétorique.  

Il y a toujours un petit pourcentage de gens que vous ne convaincrez pas, mais même eux, quand vous leur donnez les faits, vous n'entendez pas beaucoup d'arguments pertinents contre la foresterie à grande échelle. Comme, dans n'importe quel endroit spécifique, certaines personnes ne veulent pas de changement. Mais c'est juste la nature des gens. On ne peut pas faire grand-chose avec ça.  

Oui, j'imagine qu'il y a tellement de choses à enseigner dans ces situations. Avez-vous eu des moments d'enseignement réussis dont vous vous souvenez ?  

Dans tout groupe, il y a un pourcentage de personnes qui sont sur la défensive et qui sont prêtes à écouter. Ainsi, comme dans toute autre discussion, c'est à ces personnes que vous vous adressez réellement, que vous leur parliez ou non en tête-à-tête. Car bien souvent, après une réunion publique, des personnes qui n'avaient pas particulièrement fait entendre leur voix nous contactent. Mais ils nous contactent et nous disent : " Hé, nous soutenons vraiment ce que vous faites, et continuez à le faire ". Nous savons qu'il y a un pourcentage de personnes qui sont opposées à la foresterie, mais je pense que la majorité des gens la soutiennent et réalisent qu'elle est durable. De temps en temps, les gens me disent qu'ils apprécient la discussion et tous les faits qui ont été présentés lors des réunions.  

Aller dans une direction différente, juste pour apprendre à vous connaître un peu mieux. Pendant votre temps libre, qu'est-ce qui vous occupe ?

J'ai des enfants qui sont à un âge chargé en ce moment. Quatre, huit et dix ans. Ils sont donc très occupés par le sport. Ils passent beaucoup de temps dans les patinoires de hockey et sur les terrains de football. Mais quand nous ne faisons pas ça, nous sommes dans la forêt à faire de la chasse à la cabane, de la chasse, de la cueillette de baies et beaucoup de temps au lac, à pêcher, et sur le bateau, à la plage et tout ça. Donc, oui. Être dans la forêt est une grande chose dans mon temps libre aussi.  

En tant que chasseur, comment voyez-vous le rôle de la foresterie dans le maintien de l'habitat faunique ?

C'est une question difficile. Parce que, du point de vue de la faune, chacun se concentre sur quelques espèces différentes qui l'intéressent. Et ce n'est pas vraiment la façon dont la forêt est gérée. Je pense que l'idée est que si vous la gérez de la même manière que les feux de forêt, la faune et la flore se porteront bien. Et je pense que c'est vrai à grande échelle. Mais à petite échelle, les incendies changent radicalement l'aspect de la forêt dans une zone donnée. À n'importe quel moment, pour n'importe quelle espèce spécifique que vous recherchez, elle peut ou non se porter très bien dans une zone particulière. Il est donc impossible de gérer la forêt à petite échelle, car même si elle était laissée à l'état naturel, la quantité d'habitat favorable à une espèce donnée varierait considérablement.

Vous devez en quelque sorte la gérer à grande échelle, ce qui entraîne de nombreux défis avec les parties prenantes, car la plupart d'entre elles se concentrent sur une échelle relativement petite. Mais à long terme et à grande échelle, la foresterie est un moyen de renouveler la forêt et d'essayer de créer une forêt qui présente tous les types et tous les âges de forêts qui se produiraient naturellement, de sorte que la faune se porte bien. Mais à petite échelle, il peut arriver que l'habitat d'une espèce spécifique ne soit pas adéquat, mais c'est ce qui se produit naturellement avec les incendies.  

C'est une question un peu bizarre. Quelle est la chose la plus étrange que vous ayez rencontrée dans les bois ? Avez-vous des histoires particulières qui ressortent de vos années sur le terrain ?  

Un type avec qui j'ai fait de la chasse à l'étalage n'était pas là, mais c'est probablement l'histoire la plus folle. Il a trouvé un crâne humain quand il chassait à l'abri. C'était un assez sauvage. Il était là depuis longtemps je suppose. Il datait des années 50 ou 60 ou quelque chose comme ça. Ils l'ont relié à une personne disparue il y a longtemps.

Wow, c'est assez incroyable.

Ouais. Et beaucoup de rencontres avec des animaux. Pour moi, c'est ce qui reste gravé dans ma mémoire. J'ai eu des contacts rapprochés avec des loups et beaucoup de rencontres vraiment cool avec des cerfs, des élans et des orignaux à courte distance, ce qui est toujours amusant.  

Parlez-moi de votre rencontre avec les loups.  

J'ai fait une très mauvaise rencontre lorsque je chassais à l'arc. J'ai été retenu trop tard pour essayer d'attraper un élan, et quand je suis revenu à mon camion, il faisait presque nuit noire. Je n'avais que mon arc et je n'avais pas apporté de sac à dos ou quoi que ce soit, parce que c'était une chasse rapide après le travail, juste à côté de chez moi. Et je suis tombé sur une meute de huit loups. Trois d'entre eux ont décidé de se précipiter sur moi et ils sont restés à 1,5 m de moi pendant 1,5 km alors que j'essayais de retourner à mon camion. Et ils ont continué à se précipiter sur moi pour essayer de me faire courir.  

Wow.

Finalement, je suis retourné au camion. Je pense que c'était les jeunes qui ne connaissaient pas mieux - les yearlings. Et j'avais de l'urine d'élan sur mes bottes et d'autres choses, donc ils étaient assez excités et assez intéressés par ce que j'étais.  

Tu as dû travailler pour rester cool là-bas ?

Quand ils se sont précipités sur moi, j'ai failli m'enfuir en courant. Mais j'ai réussi à m'arrêter de courir, et j'ai failli m'évanouir. J'avais l'impression que des épingles me piquaient partout dans la tête et dans les mains. Je pense que j'ai failli m'évanouir quand j'ai réalisé que c'était des loups, car il faisait sombre et je ne voyais que des ombres. Je pensais que c'était des cerfs. Alors quand ils ont commencé à courir, j'ai cru qu'ils s'éloignaient de moi. Et puis j'ai réalisé qu'ils couraient vers moi. Ce n'est que lorsqu'ils étaient à environ 3 mètres que, tout à coup, les ombres se sont transformées en loups. Et cette seconde était assez effrayante.  

Wow... C'est juste... génial.  

Ouais. (gloussement)

Avez-vous des conseils à donner aux biologistes en herbe ou aux personnes qui pourraient être intéressées par ce type de travail ?  

Si vous aimez vraiment être à l'extérieur - et quand j'étais enfant, j'étais toujours dans la forêt à courir après les cerfs et à explorer. La foresterie est un secteur très important en termes de temps que l'on peut passer dans la brousse. Et sur le plan personnel, c'est vraiment bon pour une personne comme moi d'être dehors. C'est bon pour la santé mentale, ça vous permet de garder les pieds sur terre et d'être heureux. Ça vous permet de rester en contact avec le monde réel. Le fait que les animaux aient une vie difficile à essayer de survivre au jour le jour, cela aide à mettre en perspective la facilité avec laquelle les gens vivent en général, et les problèmes quotidiens semblent plutôt insignifiants. N'ayez pas peur non plus d'acquérir une grande variété d'expériences et d'emplois qui vous aideront à découvrir ce que vous aimez ou n'aimez pas, afin de pouvoir choisir ce que vous voulez faire à long terme.

Pour plus d’information :
Kerry Patterson-Baker
Vice-présidente, Communications et affaires publiques
kpatterson-baker@fpac.ca
(613) 563-1441 x 314

Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC
8 mai 2024
Le secteur forestier canadien dévoile les lauréats des Prix nationaux de l'innovation au Forum des Nations Unies sur les forêts
Alors que la dix-neuvième session du FNUF se tient cette semaine à New York, l'APFC a le plaisir d'annoncer que Penghui Zhu et Manon Beaufils-Marquet sont les lauréats des prix Chisholm de l'APFC pour l'innovation en foresterie de cette année.
Lire la suite
2 mai 2024
Le secteur forestier canadien salue le rapport fédéral sur les émissions
La sylviculture joue un rôle essentiel dans la lutte contre l'aggravation des incendies et l'utilisation de produits forestiers renouvelables est indispensable pour permettre au Canada de se doter d'une économie à plus faible intensité de carbone.
Lire la suite
16 avril 2024
Le secteur forestier du Canada réagit au budget fédéral de 2024
Pour protéger les personnes, les communautés et les infrastructures essentielles contre les incendies, il faut faire davantage en collaboration avec les provinces, les municipalités et autochtone Peoples pour soutenir une gestion plus active de nos forêts, à l'instar des investissements et des approches que l'on observe aux États-Unis et en Europe.
Lire la suite
13 février 2024
Le secteur forestier canadien dévoile sa feuille de route vers la carboneutralité au Globe Forum 2024
Alors que les leaders mondiaux représentant les gouvernements, les entreprises et l'environnement se réunissent à Vancouver cette semaine, L'Association des produits forestiers du Canada (APFC) a publié un important rapport.
Lire la suite
21 septembre 2020
Lisa Raitt honorée en tant que championne communautaire par le secteur des produits forestiers du Canada
L'Association des produits forestiers du Canada reconnaît le leadership de l'ancienne ministre Lisa Raitt dans le secteur forestier en lui décernant le prix du champion de la communauté forestière.
Lire la suite
13 novembre 2019
La recherche de la main-d'œuvre la plus verte du Canada
L'industrie forestière canadienne est un employeur de premier plan et un chef de file mondial en matière de durabilité, de gestion forestière, de technologies propres et d'innovation.
Lire la suite
21 mars 2019
Debout avec les travailleurs forestiers du Canada à l'occasion de la Journée internationale des forêts
L'Association des produits forestiers du Canada célèbre les communautés forestières, les travailleurs et la gestion forestière de premier plan au niveau mondial à l'occasion de la Journée internationale des forêts.
Lire la suite
20 février 2019
Opinion | Diversité de la main-d'œuvre - Le secteur forestier canadien se diversifie
L'Association des produits forestiers du Canada embrasse la diversité et encourage les femmes et autochtone à rejoindre la main-d'œuvre forestière.
Lire la suite
11 septembre 2023
Aaron Wilde : Blog 5 : Programme de stages "Rêve vert" de l'APFC 2023
Aaron Wilde : Blog 5 : Programme de stages "Rêve vert" de l'APFC 2023
Lire la suite
11 septembre 2023
Amanda Pacholczak : Une lettre d'amour à l'usine : Programme de stages Rêve vert 2023 de l'APFC
Amanda Pacholczak : Une lettre d'amour à l'usine : Programme de stages Rêve vert 2023 de l'APFC
Lire la suite
11 septembre 2023
Olivia Becher : Vlog 5 : Programme de stage "Rêve vert" de l'APFC 2023
Olivia Becher : Vlog 5 : Programme de stage "Rêve vert" de l'APFC 2023
Lire la suite
11 septembre 2023
Annika Clark : Travailler pour Interfor Adams Lake : Programme de stage "Rêve vert" 2023 de l'APFC
Annika Clark : Travailler pour Interfor Adams Lake : Programme de stage "Rêve vert" 2023 de l'APFC
Lire la suite
11 septembre 2023
Aaron Wilde : Blog 5 : Programme de stages "Rêve vert" de l'APFC 2023
Aaron Wilde : Blog 5 : Programme de stages "Rêve vert" de l'APFC 2023
Lire la suite
11 septembre 2023
Amanda Pacholczak : Une lettre d'amour à l'usine : Programme de stages Rêve vert 2023 de l'APFC
Amanda Pacholczak : Une lettre d'amour à l'usine : Programme de stages Rêve vert 2023 de l'APFC
Lire la suite
11 septembre 2023
Olivia Becher : Vlog 5 : Programme de stage "Rêve vert" de l'APFC 2023
Olivia Becher : Vlog 5 : Programme de stage "Rêve vert" de l'APFC 2023
Lire la suite
11 septembre 2023
Annika Clark : Travailler pour Interfor Adams Lake : Programme de stage "Rêve vert" 2023 de l'APFC
Annika Clark : Travailler pour Interfor Adams Lake : Programme de stage "Rêve vert" 2023 de l'APFC
Lire la suite