Andy Goodson : Entretien avec un forestier : Rod Pshebnicki : Programme de stages Rêve vert de l'APFC 2022

  |  
25 août 2022

J'ai eu ma première impression de Rod, un superviseur des forêts chez Tolko, pendant mon stage de formation, lorsque je l'ai entendu discuter des mérites d'une journée à la plage :

"Je préférerais faire n'importe quoi d'autre. Je ne comprends pas. Tu es juste allongé sur de la terre."

C'est un truc hilarant. C'est peut-être parce que, pour un type qui semble préférer passer toutes ses minutes à l'extérieur, je suis certain que la plage est à moitié tolérable. Ou peut-être qu'il a eu une mauvaise expérience de la plage quand il était enfant. Peut-être que l'eau était vraiment verte et le sable, beaucoup trop sombre. Quoi qu'il en soit, je voulais en savoir plus sur lui et sur ce qu'il pensait des choses.  

Rod est l'un des membres du personnel de Tolko chargé de nous montrer les ficelles du métier cet été. Il a une solide expérience de la planification et de la supervision des opérations, avec 35 ans d'expérience dans le domaine. En tant que tel, il a été une source de précieux conseils en matière de foresterie et d'anecdotes amusantes.  

Andy Goodson : Je suis curieux de savoir comment vous avez trouvé votre chemin vers la foresterie.

Rod Pshebnicki : Ce qui est drôle, c'est que je voulais être un agent de conservation ou travailler dans le domaine de la pêche. Je détestais la foresterie à l'université. Ça ne m'intéressait tout simplement pas. J'ai accepté un emploi d'été [en foresterie] parce que ça payait bien à The Pas, au Manitoba. J'ai vécu dans la brousse et j'ai remboursé mon prêt étudiant. Après cet été, j'ai réalisé que c'était un travail plutôt cool. Nous étions nombreux à l'école à penser qu'il fallait être agent de conservation, agent des pêches ou travailler pour le gouvernement. Ça m'a en quelque sorte ouvert les yeux, cet été-là, dans le bush, à faire de la croisière en bois. Je n'ai jamais cessé de le faire depuis.  

Vous n'êtes certainement pas étranger à la brousse. Je me souviens que tu parlais d'un travail où tu passais l'année à camper.

Cet été-là, j'ai travaillé dans le bush, j'ai fait de la chasse au bois du long week-end de mai au long week-end de septembre. Un de mes amis m'a téléphoné [lorsque Rod a été mis à pied] et m'a dit qu'ils manquaient de personnel dans le nord du Manitoba pour le programme de marquage de l'omble de fontaine. Ils avaient un contrat pour marquer l'omble de fontaine lorsqu'ils construisaient des barrages électriques, alors je suis allé là-bas et j'ai dormi dans une tente.  

Donc, en gros, le premier été où j'ai travaillé dans la foresterie, j'ai travaillé soixante jours d'affilée et j'ai pris trois jours de congé, puis trente jours d'affilée. Et puis je suis allé directement dans le nord du Manitoba où nous étions deux semaines dedans et une semaine dehors dans une tente. C'est ce que j'ai fait pendant deux années consécutives - la croisière forestière - et j'ai vraiment aimé ça. Mais j'en avais fini avec le camping. C'était trop.  

Cela semble si extrême de camper aussi longtemps - et vous ne faites pas que camper, vous ne restez pas assis à vous amuser. Vous travaillez. D'où vient la motivation ? Comme, l'éthique du travail.

J'ai toujours aimé le plein air. Et je suppose que, quand j'étais enfant, à 12 ans, j'ai reçu un fusil de chasse pour Noël. Et à l'époque actuelle, ce n'est pas euh... Ce n'est pas à la mode, mais quand vous êtes jeune, c'est les années 70, et que vous avez grandi dans une ferme au bord des Montagnes du Canard, beaucoup de jeunes de 12 ans ont des fusils. Alors tu commences à chasser et à pêcher. Vous passez du temps seul dans la forêt. Donc la partie camping était assez facile. Dans le programme d'exploitation forestière, une fois tous les ans ou tous les deux ans, nous devions faire sortir des gens de la forêt par avion à cause de dépressions nerveuses ou parce qu'ils en avaient tout simplement assez. C'est dur physiquement, mais il faut aussi être fort mentalement. Et nous ne sommes pas dans des zones urbaines. Dans le nord du Manitoba, nous sommes venus en avion de brousse Otter et nous avons fait venir nos bateaux... il n'y avait absolument rien là-bas. J'ai toujours aimé ça.

Même enfant, lorsque j'allais à la pêche et à la chasse, je poussais plus loin pour aller dans des endroits où les gens ne vont pas. Cela correspondait donc à ma personnalité. J'ai pris mon pied avec ça. C'était amusant.  

Il est évident qu'il y a beaucoup d'imprévisibilité lorsque vous êtes sur le terrain, et je me demande juste... comment faites-vous face à des situations qui se renversent ? Ou juste les situations défavorables en général. Comment faites-vous pour ne pas vous laisser abattre ?

Je suppose que ce qui est bon ou mauvais avec la jeunesse, c'est qu'on n'est pas préparé. Au début de ma carrière, je me retrouvais plus souvent coincé dans la brousse à vélo ou en camion - vous êtes au milieu de nulle part, vous prenez une mauvaise décision et vous vous retrouvez coincé - vous savez que vous avez tout l'équipement de sécurité nécessaire pour contacter les gens qui vous tireront de là ou pour soulever le camion et le sortir de là. En vieillissant, on est un peu plus réfractaire au risque et on prend de meilleures décisions. Je n'ai pas eu de mauvaises situations avec des ours, ou des choses qui ont vraiment mal tourné. Cela tient en grande partie à la chance, sans aucun doute, mais aussi à la planification, à la préparation et aux bons choix. Je ne sors pas sur un bateau quand le temps s'annonce brutal.  

Cette planification préalable peut atténuer un grand nombre de ces désastres. Je sais que j'ai beaucoup d'amis qui ont beaucoup de bonnes histoires de catastrophes. En passant du temps avec eux, vous réalisez que beaucoup d'entre elles sont le résultat de mauvais choix. (rires)

C'est à peu près le sujet de mon blog personnel. Je n'apprends qu'à la dure, semble-t-il.

Et ça vient avec l'âge, comme avec la jeunesse. J'ai pris beaucoup de ces décisions pas très bonnes. Elles n'ont pas mal tourné, mais en vieillissant, on est un peu plus réfractaire au risque, on planifie mieux les choses et on se prépare à réussir plutôt que d'avoir une histoire cool à raconter.  

Ouais... ouais. C'est pour ça que je n'ai pas écrit depuis un moment.  

(rires) Oui, exactement.  

Je suppose que l'avantage de ce travail, c'est qu'on rencontre beaucoup d'endroits et de gens sympas en chemin. Je me demande si vous avez des histoires à partager.

Quelques histoires intéressantes. L'une d'entre elles concerne un trappeur de La Ronge... Nous avions l'intention de couper quelques blocs dans sa zone de piégeage. Nous avons parcouru le plan et nous avons discuté de la partie exploitation forestière en premier. Et nous avons juste bavardé de choses et d'autres. Il me racontait une histoire sur le fait qu'il était sur la rivière Bow au sud de La Ronge - il y a environ quinze ans, il m'a raconté cette histoire. Il marchait le long de la rivière et tout à coup il se réveille - comme s'il s'était endormi pour une raison quelconque - et c'est trois ou quatre heures plus tard et il est de l'autre côté de la rivière. Et il est parfaitement sec. Il ne sait donc pas ce qui s'est passé. Et il m'a raconté cette histoire avec sérieux.  

Donc c'est arrivé, ou il a cru que c'était arrivé. Mais ce qui est génial, c'est que lorsque je pêche la rivière, je pense cent pour cent du temps à cette histoire et je m'interroge. Je pense toujours à lui quand je marche sur la rivière, et surtout au tronçon dont il m'a parlé. Je me demande si ça va m'arriver. Je ne crois pas vraiment à l'histoire, mais j'y crois un peu parce que j'y pense.  

On devrait mettre les X-files dessus.

C'est une bonne chose. On rencontre beaucoup de gens sympas. Et une autre histoire un peu bizarre : un des pourvoyeurs avec qui nous faisons affaire et que je connais depuis des années. J'étais avec lui dans la brousse. Nous avons passé en revue nos affaires de récolte, notre plan de récolte - et ce qui est bien dans ce travail, c'est que nous avons beaucoup de travail à faire sur le terrain, mais une partie de notre travail consiste à bavarder avec les gens. Apprendre à les connaître, vous savez. Et nous faisons beaucoup de choses amusantes. Donc nous sommes dans la brousse avec le pourvoyeur et nous avons fait notre travail, alors il dit, Rod, tu veux voir quelque chose de chouette ? J'ai dit oui, bien sûr. Nous sommes montés sur les motos et nous nous sommes enfoncés dans l'arrière-pays, à des kilomètres des routes principales. On a garé les motos et on a marché dans la forêt. Il n'y a pas de chemin, nous marchons jusqu'à cet endroit où il y a un ponceau enterré. C'est au milieu de la forêt. Il n'y a pas de route pour y accéder. C'est assez vieux. Et c'est un ponceau d'environ six à huit pieds de long qui est enterré à mi-chemin dans le sol, donc il est en fait enterré horizontalement... il fait peut-être quinze pieds de long. Il y a un fond en bois, donc vous pouvez sortir du ponceau d'un côté, mais vous entrez de l'autre et il y a une porte avec une barre dessus et un petit fermoir pour la verrouiller. Vous entrez là, vous ouvrez la porte et vous regardez à travers le ponceau et vous voyez que quelqu'un était là à un moment donné parce que les choses étaient toutes emballées. Vous pouvez voir que quelqu'un était là. Donc... je ne sais pas quelle est l'histoire de derrière.

Mais c'est juste bizarre de penser aux choses étranges qui ont eu lieu dans la brousse.  

C'est l'un des meilleurs moments de cet été, je trouve. Tomber sur quelque chose de bizarre, puis mettre son chapeau de détective et comprendre ce qui se passe.

Oui, et votre cynisme ou votre théorie de la conspiration va dans un sens. Et il pourrait y avoir une explication simple qui est très bénigne, ou il pourrait y avoir quelque chose de néfaste. Je ne sais pas.

La casquette de conspirationniste est une bonne chose à avoir, car je pense que beaucoup de gens qui ont cette casquette sont ceux qui partent dans la brousse et vivent dans des caniveaux.

Et la chose étrange, la seule chose que j'ai trouvée, j'étais dans la brousse et je ne me souviens plus où. Mais j'étais au milieu de nulle part, à quadriller, et j'ai trouvé une tente. Il y avait cette tente qui avait été renversée et j'ai pensé que c'était un peu étrange. La porte était ouverte et il avait plu la veille, donc c'était super humide. J'ai fait le tour, la porte était ouverte, il y avait un sac de couchage et tout était trempé. Donc je me demande, quelle est l'histoire derrière tout ça. Votre esprit va vers des endroits sombres. C'est quelqu'un qui fuit les autorités et qui a campé ici, ou...

Travaillez à rebours à partir du pire scénario.

(rires)

Exactement. Ça peut être quelque chose d'aussi simple qu'un couple d'enfants partis camper, il a plu et ils sont rentrés chez eux. Parce qu'ils avaient froid, vous savez ? (gloussement) Ou quelque chose entre les deux, je ne sais pas.

Je crois que je vais conclure avec une question plus légère. Qu'est-ce qui vous plaît dans la vie à Prince Albert ?

J'aime les possibilités de plein air. La rivière Saskatchewan est une excellente rivière pour la pêche. On peut chasser le gibier d'eau à cinq ou dix kilomètres de la ville. Et les gens sont vraiment bien. Il y a beaucoup de gens qui partagent les mêmes idées. Il est donc possible de chasser et de pêcher, de profiter du plein air, de faire du vélo de montagne dans la campagne ou... c'est un endroit où il fait bon vivre. Nous sommes à l'orée de la forêt, ce qui permet de faire la transition entre la forêt boréale et les terres agricoles. Et j'ai en quelque sorte grandi dans un pays agricole à la lisière des monts Duck, alors c'est un peu comme chez moi.  

Un conseil pour les aspirants forestiers ?

Vous êtes à un bon moment en ce moment parce qu'il y a une pénurie de personnes. Donc les gens qui débutent peuvent s'accélérer. Comme à mon époque, il fallait y mettre du sien... Je pense, vous savez, que prendre des emplois qui ne sont peut-être pas les meilleurs actuellement peut vous permettre d'avancer plus tard. Il y a des emplois comme la supervision et les opérations, qui ont tendance à être un peu plus stressants que les autres emplois, mais ça vous donne une bonne base pour aller de l'avant. Parce que c'est ce qui m'a vraiment aidé, mon parcours dans le bois et ma supervision, la connaissance de la forêt, des volumes et des opérations m'ont vraiment aidé.

Pour plus d’information :
Kerry Patterson-Baker
Vice-présidente, Communications et affaires publiques
kpatterson-baker@fpac.ca
(613) 563-1441 x 314

Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC
28 mars 2023
Le budget fédéral reconnaît le leadership de la foresterie canadienne et les avantages de la biomasse forestière
Plus tôt dans la journée, Derek Nighbor, président-directeur général de L'Association des produits forestiers du Canada , a publié la déclaration suivante sur le budget fédéral 2023 présenté par la ministre des finances Chrystia Freeland
Lire la suite
27 mars 2023
L'APFC espère un soutien pour les travailleurs et les collectivités du secteur forestier canadien dans le budget fédéral 2023
Adoption d'une approche sectorielle pour accélérer la décarbonisation industrielle, reconnaissance de la biomasse forestière, renouvellement et expansion des programmes sectoriels de base
Lire la suite
24 mars 2023
Exploiter le pouvoir de la collaboration canado-américaine
Un éventail de nouvelles perspectives et d'obstacles se trouvent aux portes de nos deux pays alors que nous nous lançons dans la plus grande réalisation économique des deux prochaines décennies : la transition vers une économie à faibles émissions de carbone dans toute l'Amérique du Nord.
Lire la suite
13 février 2023
Le concours national de l’innovation forestière accepte désormais les candidatures
Les prix Chisholm pour l'innovation en foresterie, un programme national de récompenses qui reconnaît le leadership et l'innovation des jeunes dans le secteur forestier, acceptent maintenant les candidatures pour sa deuxième année.
Lire la suite
21 septembre 2020
Lisa Raitt honorée en tant que championne communautaire par le secteur des produits forestiers du Canada
L'Association des produits forestiers du Canada reconnaît le leadership de l'ancienne ministre Lisa Raitt dans le secteur forestier en lui décernant le prix du champion de la communauté forestière.
Lire la suite
13 novembre 2019
La recherche de la main-d'œuvre la plus verte du Canada
L'industrie forestière canadienne est un employeur de premier plan et un chef de file mondial en matière de durabilité, de gestion forestière, de technologies propres et d'innovation.
Lire la suite
21 mars 2019
Debout avec les travailleurs forestiers du Canada à l'occasion de la Journée internationale des forêts
L'Association des produits forestiers du Canada célèbre les communautés forestières, les travailleurs et la gestion forestière de premier plan au niveau mondial à l'occasion de la Journée internationale des forêts.
Lire la suite
20 février 2019
Opinion | Diversité de la main-d'œuvre - Le secteur forestier canadien se diversifie
L'Association des produits forestiers du Canada embrasse la diversité et encourage les femmes et autochtone à rejoindre la main-d'œuvre forestière.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Partager mes premières expériences chez Resolute : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Je m'appelle Aidan, je suis né et j'ai grandi dans la région métropolitaine de Denver, dans le Colorado, aux États-Unis. Bien que je vive en banlieue, je pouvais voir les Rocheuses de la fenêtre de ma chambre et j'ai pu passer beaucoup de temps dans la nature.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Entretien avec Seth Kursman, vice-président, Communications d'entreprise, durabilité et affaires gouvernementales : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Une partie importante du travail dans un bureau d'entreprise est le réseautage au sein de l'entreprise. Produits forestiers Résolu favorise cette pratique et nous encourage, nous stagiaires, à interagir avec plusieurs départements.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Entretien avec Maria Komourdjian, directrice de la logistique chez Résolu : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Dans ma série d'entretiens, j'ai décidé de rencontrer la directrice de la logistique, Maria Komourdjian. Maria a gravi un échelon au sein du département logistique, tandis que la vice-présidente, Karen Roach, a accepté une affectation temporaire pour devenir directrice générale d'une de nos usines !
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Tout sur la logistique : Programme Stages de rêve vert de l'APFC 2022
La logistique est un élément important de l'industrie forestière. Sans le département logistique, les usines ne seraient pas en mesure de créer de nouveaux produits, car les anciens prendraient encore de la place au sol.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Partager mes premières expériences chez Resolute : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Je m'appelle Aidan, je suis né et j'ai grandi dans la région métropolitaine de Denver, dans le Colorado, aux États-Unis. Bien que je vive en banlieue, je pouvais voir les Rocheuses de la fenêtre de ma chambre et j'ai pu passer beaucoup de temps dans la nature.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Entretien avec Seth Kursman, vice-président, Communications d'entreprise, durabilité et affaires gouvernementales : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Une partie importante du travail dans un bureau d'entreprise est le réseautage au sein de l'entreprise. Produits forestiers Résolu favorise cette pratique et nous encourage, nous stagiaires, à interagir avec plusieurs départements.
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Entretien avec Maria Komourdjian, directrice de la logistique chez Résolu : Programme de stages Rêve vert 2022 de l'APFC
Dans ma série d'entretiens, j'ai décidé de rencontrer la directrice de la logistique, Maria Komourdjian. Maria a gravi un échelon au sein du département logistique, tandis que la vice-présidente, Karen Roach, a accepté une affectation temporaire pour devenir directrice générale d'une de nos usines !
Lire la suite
25 août 2022
Aidan Starosta : Tout sur la logistique : Programme Stages de rêve vert de l'APFC 2022
La logistique est un élément important de l'industrie forestière. Sans le département logistique, les usines ne seraient pas en mesure de créer de nouveaux produits, car les anciens prendraient encore de la place au sol.
Lire la suite